Les indicatrices de Tissot

N’oublions pas que toutes les projections cartographiques engendrent des déformations. Nous passons d’une forme quasi-sphérique (la terre) en trois dimensions à un objet plan (la carte) en deux dimensions.

En fonction du type de déformation, la projection pourra être :

  • Conforme : conservation des angles (donc des formes)
  • Équivalente : conservation des surfaces
  • Équidistante : conservation de certaines longueurs

Notons qu’on utilise souvent le terme « aphylactique » pour désigner une projection non conforme et non équivalente.

Afin de visualiser les déformations causées par la projection, on utilise une méthode : « l’indicatrice de Tissot » . Inventé par le cartographe français Nicolas Auguste Tissot, cette méthode date du XIXème siècle. Le principe est le suivant : à partir d’une série de cercles tracés régulièrement sur la surface de la Terre, on visualise leurs transformations induites par la projection. Cette méthode permet ainsi d’appréhender d’un seul coup d’œil les déformations, tant en matière de surface qu’en matière d’angle.

Dans Magrit

Dans l’onglet  ,  ajoutons la couche d’habillage « Indicatrices de Tissot (Polygones) » .

Afin de mieux apprécier la déformation, nous enrichissons la carte de graticules   disponible dans l’onglet  . Rappelons que les graticules correspondent à des lignes indiquant les parallèles et les méridiens de la latitude et de la longitude terrestre.

En fonction de la projection et du type de déformation souhaités, les cercles seront plus ou moins altérés.


 Figure 1 : Projection Eckert VI (équivalente)
Les cercles deviennent des ellipses dont la surface est identique

Figure 2 : Projection Mercator (conforme)
Les cercles s’étirent dans le sens Nord-Sud en s’éloignant de l’équateur

Figure 3 : Projection « Natural Earth » (aphylactique)
Distorsion de la forme et de la surface des cercles

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *